Intelligent, l’opposé d’intolérant

(Colum McCann – 13 octobre 2021)

Rien n’est plus gratifiant pour un lecteur quand il termine un bouquin d’être heureux d’avoir fait un bon choix et de se sentir plus intelligent qu’avant. Intelligent dans le sens étymologique à savoir « capable de lire à l’intérieur », de comprendre les choses, pas complètement bien sûr mais plus et mieux qu’auparavant. Ne plus s’arrêter à la surface, à l’apparence, aux aprioris.

Avec Apeirogon (10/18) de Colum McCann, l’initiation à l’intelligence commence dès le titre. Qu’est-ce que cela veut dire ? Ce mot bizarre signifie polygone au nombre infini de côtés. Ce qui le fait percevoir à première vue comme un cercle mais qui une fois agrandi révèle une quantité incroyable de petites lignes droites reliées entre elles.

Un mot compliqué pour évoquer une réalité complexe. Celle du conflit israélo-palestinien que Colum McCann va nous faire toucher et pénétrer de 1001 façons, car rien n’y est univoque. Il va surtout nous faire vivre l’histoire vraie et terrible de deux pères, un Israélien et un Palestinien, qui ont chacun perdu leur fille chérie, l’une tuée par un jeune soldat israélien, l’autre par trois terroristes du Hezbollah. Deux ados fracassées, deux pères brisés par l’absurdité d’un conflit sans fin et insoluble. Tous victimes d’un passé séculaire, de haines ancestrales et d’extrémismes divers qui les dépassent. Ces deux pères que tout oppose, sauf leur chagrin, vont cependant s’unir et tenter d’inverser le cours de l’histoire par le seul moyen qui convienne : la recherche de la paix.

Ce livre est écrit comme un puzzle. Constitué de 1000 pièces qui s’imbriquent les unes dans les autres, des chapitres tantôt ultra-courts, quelques mots à peine, tantôt plus longs, presque des nouvelles. 1000 textes numérotés juxtaposés comme des fragments d’une vaste mosaïque embrassant les innombrables facettes d’une guerre, d’une terre, de populations, de traditions, de religions, de convictions, d’émotions formant un conglomérat inextricable et responsable de tant d’incompréhensions et de souffrances.

L’auteur ne pose aucun jugement mais apporte un maximum d’éclairages et souligne ce qui pourrait susciter de l’espérance.

Un livre brillant, dense, saisissant, émouvant… qui surtout rend plus intelligent. Et donc moins intolérant.

2 réflexions au sujet de « Intelligent, l’opposé d’intolérant »

  1. Ping : Apeirogon, Colum McCann – Pamolico – critiques romans, cinéma, séries

  2. Ping : Colum McCann – Apeirogon | Sin City

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s