Voyage, voyage

(Christophe Masson – 1er septembre 2021)

Un jeune homme idéaliste débarque en Indochine en 1953 et découvre la déglingue du colonialisme. Il rencontrera un journaliste salaud, un écrivain plus alcoolo que talentueux et son épouse amoureuse, une émouvante couturière française rêvant de Chanel, un empereur décadent et pathétique et… la femme de sa vie, une jeune annamite qui quittera son pays avec et pour lui.

Si l’histoire est une aventure passionnante remarquablement bien racontée, ce qui m’a surtout plu dans ce livre, c’est le regard porté sur ce pays en fin de colonisation française et à l’aube d’une guerre atroce avec les Américains; même si celle-ci n’est pas évoquée, on la pressent. Christophe Masson dit n’avoir jamais mis les pieds au Vietnam, alors que ses autres romans, allant de La Chine à la Patagonie, de Bombay à Téhéran, sont toujours nés de ses nombreux voyages, et pourtant Fièvre Jaune (éd. Revoir) m’a littéralement propulsé sur place et dans l’époque tant les descriptions ou plutôt les sensations des lieux et des atmosphères sont réalistes. Dès les premières lignes, on est là-bas : « La première fois que je vis Lawrence, c’était sur l’embarcadère où j’attendais le caboteur poussif faisant la navette entre l’île de Chongwa et Saigon alanguie comme une chatte endormie, au delà du fleuve fleuri d’un parterre de jonques… »  Bonne lecture, bon voyage.



Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s