Titre d’actualité

(Éric-Emmanuel Schmitt) 11 mai 2021

Le temps est exécrable. Un vrai déluge. Des gouttes grosses comme des pièces de deux euros tombent du ciel. L’orage gronde là-bas derrière les grands arbres. Il se rapproche. Aux abris ! Nous nous trouvons dans les environs de Maredsous dont les terrasses sont les plus grandes de Wallonie avec plus de 700 chaises. On y va !

Ce que j’aime dans cette abbaye, ce n’est pas (même si vous ne me croyez pas) les nourritures et boissons terrestres qu’on y sert mais bien celles de la librairie. Une des plus belles que je connaisse en matière d’éditions religieuses ainsi que musicales, classiques et sacrées. J’aime me promener dans cette boutique à Bon Dieu et y feuilleter les dizaines de bouquins, souvent épais, qui parlent d’Infini, d’Inconnu, d’Inaccessible… Avec un I majuscule parce qu’il y est question de divin. Mais je dirais aussi d’Incroyable… car si je respecte les témoignages et professions de foi couchés sur ces pages mystérieuses et mystiques, je reste sceptique et ne crois pas, mécréant que je suis, à grand-chose. Sauf, je l’ai écrit dans mon billet Prière publié il y a un an, au Dieu de Spinoza « celui qui vous aurait dit ne priez plus mais sortez et profitez de votre vie. Je veux vous entendre chanter, vous voir heureux jouissant de tout ce que j’ai fait pour vous» (Einstein)

C’est ce que j’ai fait hier avec ma femme: profité de la vie, simplement en respirant l’air humide et parfumé de la campagne, savourant quelques douceurs monastiques et m’offrant le premier volume de l’histoire de l’humanité romancée par Eric-Emmanuel Schmitt. Une saga qui comprendra huit gros bouquins, une œuvre titanesque, une aventure exceptionnelle, un vrai « travail de bénédictin ». Selon la quatrième de couverture, ce premier livre présente Noam, le héros immortel qui traversera toutes les époques et commence dans ces pages par se mesurer à une calamité célèbre : le Déluge.

Sous la toile du chapiteau qui protège notre terrasse des trombes d’eau, je trempe mes yeux dans La Traversée des Temps – Paradis perdus (éd. Albin Michel) et la magie opère aussitôt… Mais je ne m’aventure pas trop, je sens que ce livre irrésistible peut m’entraîner loin d’ici : d’abord, du Néolithique au Déluge et dans les volumes qui suivront de la Porte de Babel à la civilisation mésopotamienne, de l’Egypte des Pharaons à Moïse, de la Grèce du IVème siècle à Rome et au christianisme, de l’Europe médiévale et Jeanne d’Arc à la Renaissance et la découverte des Amériques et enfin aux Révolutions politiques, industrielles et techniques. Bref, de la préhistoire à aujourd’hui !

Mais pas trop vite, cool, je vais prendre mon temps, fermer ce livre pour d’abord écouter la musique des gouttes, déguster la mousse blanche et son liquide doré, profiter de notre première escapade après 8 mois de restrictions sanitaires.

Oui, retrouver un peu de nos Paradis Perdus.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s