Libre comme l’air ?

(Antoine de Saint Exupéry) 01/06/2020

J’ai décidé d’embarquer ce soir à bord du Vol de Nuit piloté par Antoine de Saint-Exupéry. Je suis tombé par hasard sur ce livre en chipotant dans une de mes armoires-bibliothèques et respirant ses pages que je n’avais plus lues depuis un demi-siècle, j’ai eu envie de retrouver ces pilotes des années folles aux commandes des premiers avions commerciaux, les courriers-postaux. Ils n’avaient peur de rien, ni des vents contraires ni des orages, ils prenaient tous les risques pour mener à bien leur mission. Leur devoir. Rien n’était plus important à leurs yeux. Ils acceptaient tous les aléas, relevaient tous les défis, bravaient toutes les tempêtes.

J’avais oublié la préface de ce roman signée par André Gide. En la relisant, une phrase m’a fortement interpellé quand par réflexe mon esprit l’a reliée à la période actuelle dont les contraintes de solidarité sanitaire soulèvent tant de de plaintes et de lamentations : « … le bonheur de l’homme n’est pas dans la liberté, mais dans l’acceptation d’un devoir ».

À méditer.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s