Histoire (pas) triste

(Florent Oiseau) 01/04/2020

Alain est un ringard, un pauvre type, un raté.

Il n’a rien réussi dans sa vie, pas de relation amoureuse si ce n’est tarifée, pas de travail sauf une fois ou deux un petit rôle au cinéma. Il est, en effet, acteur. C’est du moins ce qui est marqué sur sa carte d’identité. Dans le rôle le plus important qu’il ait eu à jouer, cinq scènes tout de même, il interprète un benêt et reçoit les félicitations du metteur en scène: « T’as un don pour jouer le con. Souvent dans ces rôles, les mecs forcent le trait ? Toi t’es plein de justesse. On sent que c’est naturel ».

Mais c’est faux, Alain n’est pas un con mais un héros des temps modernes. Il n’a qu’une mission dans sa vie, s’occuper de sa grand-mère qui dépérit dans sa maison de retraite Les Magnolias (Florent Oiseau – Allary Éditions). Fatiguée, celle-ci lui demande de «l’aider à mourir ». Il va plutôt l’aider à vivre. Une histoire tendre, forte, poétique, rare. De nos jours, qui visite encore, avec amour et humour, les mamies parquées dans les séniories ? Ce livre rappelle combien dans la solitude de leur chambre en maison de retraite, les personnes âgées souffrent. (En particulier actuellement en cette période de confinement).

Mais, attention, ce bouquin n’est pas chagrin. C’est un feu d’artifices d’humour, Florent Oiseau a le sens de la formule décalée qui agit autant sur nos zygomatiques que sur nos glandes lacrymales.

IMG_7649.jpg

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s