Ça m’emm…

(Phlippe Blasband – Romain Gary) 03/01/2021

J’ai passé mon samedi et une bonne partie de mon dimanche à ranger pour la énième fois mes bibliothèques. Après des mois de livres déposés sur les étagères dans l’ordre (?) de mes lectures, impossible de m’y retrouver. Tout est mélangé. Je ne sais plus où est quoi.

J’ai donc tout sorti des meubles, passé un plumeau pour en même temps dégager la poussière et j’ai commencé un long travail de reclassement par auteur dans l’ordre alphabétique. Est-ce la bonne façon ? Non sans doute. Mais c’est celle qui me semble la moins pire.

Ce qui est amusant (et qui fait durer le travail) dans ce genre d’exercice, c’est de retomber sur des bouquins oubliés. Comme ce petit opuscule de Philippe Blasband, écrivain-cinéaste belge, Soit dit entre nous… ÉCRIRE M’EMMERDE (éd. Escales  des Lettres – Le Castor Astral) : 88 pages qui traduisent le sentiment que traversent tous les hommes de plume à un moment ou l’autre quand ils patinent devant leur page blanche. C’est écrit avec le sourire, en apparence, car ce n’est pas si drôle. Il s’agit d’humour juif, vous savez celui que nous les goys ne comprenons pas car il hésite à chaque mot entre le rire et le drame. Je l’ai relu et m’y suis un peu reconnu : «Je ne sais pas faire grand chose, sinon écrire. Je ne comprends rien à la plomberie, ou à la mécanique automobile (…) Je n’ai quasiment aucune notion médicale, juridique ou comptable. Je ne sais pas chasser ou faire de la plongée (…) Je suis condamné, encore et encore, à écrire (…) Depuis quarante ans, j’ai des devoirs, avec des délais, des dates butoirs. Écrire ne m’ennuie pas, ne m’insupporte pas. Écrire m’emmerde. »

Que de souvenirs à travers ces mots ! Pour celui qui n’écrit jamais, l’écrivain ou le plumitif sont des chanceux. Oserais-je le terme de glandeurs ? Des mecs dont le stylo-fontaine spitte spontanément et sans effort de belles phrases. Dont les doigts inventent de sublimes paroles en dansant la samba sur leurs claviers. Mouais… moi je sais que j’en ai souvent bavé pour sortir laborieusement quelques formules pas trop nulles. J’ai galéré et tordu ma cervelle comme un torchon pour en extraire quelques gouttes aussitôt évacuées dans les égouts de l’oubli. Non, je n’ai pas toujours trouvé ça chouettte et géniaaal de tartiner des pages pour des marques ou des sujets peu intéressants. La crampe de l’écrivain m’a souvent paralysé comme un tennis elbow.

J’ai refermé ce petit bouquin – déprimant en fait – pour me remettre au rangement de mes étagères en m’interrogeant pourquoi je n’ai malgré tout jamais lâché mes crayons, mes stylos, mes carnets, mon ordi. Je me souviens d’un conseil de Romain Gary à je ne sais plus quel auteur en panne : « Trouve des titres. Cherche des titres. Aligne les titres (…) N’attends pas d’avoir un sujet pour écrire (…) ÉCRIS ». Oui, je veux bien, cher Roman – Romain – Émile… sauf que je n’ai pas vos talents et personnalités multiples. Mais je vous promets que je ferai l’effort. Et voilà, j’ai tenu bon. Aujourd’hui, alors que je n’y suis plus obligé, je continue chaque jour à aligner quelques titres… enfin, restons modestes, quelques phrases. Pas chaque jour en réalité. Pas le dimanche, je n’écris quasi jamais car c’est balade en Ardenne, à la mer, à Bruxelles, à Liège, à Bruges. Bref, ailleurs. Avec une bonne petite bouffe en compagnie de ma chérie. Oui, détente, repos, changement d’air et parfois, bonheur suprême, foot avec mes gamins. Mais ça c’était avant. Avant la pandémie, un mot que je ne connaissais même pas. Depuis, les dimanches sont des jours comme les autres. Pas tout à fait car le dimanche TOUT est fermé, même les librairies. Alors je fais libraire* dans mes propres rayonnages, je classe, je lis, je relis…

Et parfois j’écris, même si ça m’emmerde ! 

* J’envisage un récap de mes billets consacrés aux livres que j’ai appréciés. Pour quand ? Pas de devoirs, pas de délais, pas de dates butoirs s.v.p.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s