Littérature poissonnière

(Ernest Hemingway – Olivier de Kerzauzon – Joseph Conrad) 11/03/2019

– Moi c’est la vieillesse qui est mon réveille-matin, dit le vieil homme. Pourquoi est-ce que les vieux se réveillent si tôt ? Est-ce que c’est pour avoir des journées plus longues ?

Je me suis levé à 7h00 – quoi je suis en vacances ? – oui, je me suis levé tôt pour aller voir les pêcheurs au Vieux-Port. À cette heure-là, il n’y a pas de monde, juste quelques vieux et là-bas, au loin, la mer. J’aime l’odeur du poisson frais et le vent venu du large qui balaie le port et fait voler les quelques cheveux qu’il me reste. Dans sa barque, un vieil homme retire les grosses sardines prises dans son filet et les jette dans le tonneau bleu que sa femme versera sur sa table-bac remplie d’eau pour appâter le chaland.

Après ma balade matinale, j’irai prendre un café et un croissant à l’hôtel avec Marie-Thérèse et puis repartirai en mer, à 9 heures, à l’ouverture de la fabuleuse Librairie Maritime La Cardinale au 26 quai Rive Neuve. Là, à chaque livre, la mer ou l’océan vous invite à l’aventure. Lors de mon dernier passage, j’avais embarqué avec Olivier de Kersauzon pour me promener dans le temps du monde Promenades en bord de mer et étonnements heureux– éd. Cherche midi.

Cette année, je repartirai sur la barque d’un des plus beaux romans que j’aie jamais lu, un souvenir de jeunesse extraordinaire, un sommet d’épuration et de respiration littéraires : Le vieil homme et la mer d’Ernest Hemingway (éd. Gallimard) dans une nouvelle traduction de Philippe Jaworski qui tente d’accompagner presque mot à mot, dans sa respiration propre, la prose lente, solennelle, subtilement ouvragée, dans laquelle l’écrivain narre et chante l’aventure du vieil homme. J’aurais bien acheté tous les livres-bateaux et les volumes d’embruns de ce magasin marin mais il faut en garder pour mon prochain voyage. J’ai pris aussi pour lire rapidement sur un banc au bord du port, sous le beau soleil de Marseille, une nouvelle de Joseph Conrad L’associé (éd. Gallimard, collection Folio) qui derrière une histoire rocambolesque de complots et de naufrage s’interroge sur le talent littéraire, l’art de la narration. Mais ce soir, jusque tard dans la nuit, je reprendrai la mer avec the old man et assisterai, aussi émerveillé qu’il y a cinquante ans, à son douloureux et courageux combat avec le gros poisson dans toute sa grandeur et sa gloire.

Si comme le vieil homme, je me lève tôt et me couche tard, c’est effectivement pour avoir des journées plus longues. Et des voyages plus riches. Ils gardent la jeunesse, non ?

IMG_3275.jpg
IMG_3273.jpg
IMG_3290.jpg
IMG_3190.jpg
IMG_3187.jpg

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s