Vieilles lunes

(Olivier Guez) 25/09/2017

Réveil grinçant à l’écoute de la radio qui annonce le bond en avant de l’extrême-droite allemande aux dernières élections. L’AfD (Alternative für Deutschland) est désormais le 3ème parti de la République Fédérale.

Et l’on entend dans ce pays où l’on avait espéré « plus jamais ça » des rhétoriques qui rappellent de mauvais souvenirs : la « chasse » à Angela Merkel est lancée, on peut à nouveau être fier des performances des soldats allemands pendant la seconde guerre mondiale, on n’hésite pas à tenir des discours et à coller des affiches électorales ouvertement racistes et réactionnaires.

Je viens de terminer il y a quelques jours la lecture de La disparition de Josef Mengele (éd. Grasset), le roman époustouflant d’Olivier Guez retraçant la cavale en Amérique du Sud du diabolique bourreau d’Auschwitz, surnommé l’ange de la mort, le collectionneur d’yeux bleus. Une lecture qui vous glace les sangs et vous fait ressentir jusque dans la moelle des os l’horreur où peuvent conduire le populisme, le racisme et l’ultra-nationalisme.

Je ne peux m’empêcher de mettre en parallèle les discours lus et entendus récemment avec ces quelques mots extraits d’une conversation entre Mengele et un de ses sbires nazis réfugiés au Brésil : « … la race nordique, les juifs reptiles, l’excellence biologique, le peuple allemand fier et héroïque… Mengele déroule à l’infini ses vieilles lunes, ses idées fixes et sa vision prédatrice… ».

Alzheimer avec A comme Allemand ?

IMG_7477.jpg

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s