Inspirez, respirez !

(Paolo Cognetti) 21/02/2018

 « On ne fait pas de bonne littérature avec de bons sentiments » dit l’adage. Je viens de lire la preuve du contraire.

Quand on referme le roman de Paolo Cognetti Les huit montagnes (éd. Stock) on a l’impression de redescendre de haut, de revenir dans la vallée où les fumées et fumisteries de la vie de tous les jours nous étouffent. Là-haut dans les montagnes du Piémont ou de l’Himalaya, les sentiments sont simples, purs, indestructibles. Ils m’ont donné l’envie d’accompagner lentement, sans tourner les pages trop vite, Bruno et Pietro, les deux héros de cette histoire sur les sentiers d’une amitié soudée et parfois secouée par le vent, la pluie, la neige.

Je ne connais pas bien la montagne, je sais qu’elle est belle évidemment, mais j’y ai passé peu de temps dans ma vie. Mes vacances sont plutôt des voyages culturels ou des séjours au bord de la mer, le regard tourné vers le grand large, promesse de rêves et de découvertes.

Avec ce roman, je viens de vivre une expédition intérieure vivifiante. Je ne regarderai plus jamais la montagne avec indifférence, je n’oublierai pas la passion et la langue sublime avec lesquelles Paolo Cognetti la décrit.

Et puis, quelle philosophie de vie dans ces pages, profonde et paisible, fondée sur l’amitié et la plénitude du moment présent dans les alpages ou la caillasse des glaciers : « Il vaut mieux pas trop penser à l’avenir… autrement on devient fou. – Alors à quoi je dois penser ? – À maintenant. Elle est pas belle, cette journée ? ». 

Un vrai bol d’air pur ce livre.

IMG_8400.JPG

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s