Gare médicale

(Adam Biro) 21/03/2018

On a tous connu à l’école primaire un gamin qui vomissait dans l’autocar.

Dans ma classe, ce gamin c’était moi. En proie au « mal d’auto », il fallait m’asseoir sur le siège à côté du chauffeur lors des excursions scolaires qui pour moi ressemblaient plus à des supplices qu’à des journées de plaisir. De cette époque, j’ai gardé des migraines nauséeuses qui peuvent me surprendre comme ça, pour rien, à tout moment. Depuis deux ou trois jours, je me sens patraque, ce n’est pas grave, seulement désagréable, il faut juste que « ça passe ». Je me suis cependant rendu chez mon toubib pour qu’il me donne éventuellement une prescription pour soulager ces malaises et surtout pour qu’il renouvelle mon stock de drogues pour mes autres bobos plus sérieux.

Mon docteur, je vous en ai déjà parlé, est un fan de bandes dessinées (lui même est un auteur-dessinateur relativement connu) et un passionné d’aventures et de longs voyages, particulièrement en train. Sa salle d’attente est d’ailleurs équipée de vieux sièges en bois de trains anciens et décorée d’accessoires divers provenant du monde du rail : crochets porte-manteaux du Trans Europ Express, plaques métalliques de signalisation de toutes les origines dont la fameuse « e pericoloso sporgersi » qui vient bien à point pour les victimes, comme moi, de vertiges vestibulaires ou de migraines à tendance vomitive.

Aujourd’hui, j’ai découvert une nouvelle reproduction accrochée aux cimaises de son musée ferroviaire et elle m’a fait du bien. La magnifique « Gare Forestière » de Paul Delvaux m’a invité au voyage et je précise qu’en train, aucun danger de dégobillage, je n’ai jamais eu le moindre tournis ni cinétose. Tout en regardant cette fantasmagorique gare, mes malaises ont fait place au souvenir d’un livre lu il y a quelques années et qui m’avait procuré beaucoup de plaisir : Deux Juifs voyagent dans un train de Adam Biro (éd. Maisonneuve & Larose -1998). Une série d’histoires juives de tous les jours, plus drôles ou acerbes les unes que les autres, de deux voyageurs sur les rails du bonheur ou du désespoir, des histoires de voyages en train du temps où les trains n’étaient pas encore synonymes d’horreur pour les Juifs.

Je vais en relire quelques unes ce soir avant de m’endormir pour laisser mon mal de tête à quai au pied de mon lit.

Deux-juifs-voyagent-dans-un-train.jpg
IMG_8564 (1).jpg

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s