Ne pas oublier

(Elie Wiesel) 03/07/2016

Je n’ai pas le cœur à la légèreté aujourd’hui. L’Euro du foot, le Tour de France, la météo capricieuse… tout ça m’est bien égal.

Je suis bouleversé par la disparition d’Elie Wiesel, je pensais qu’il était immortel, qu’il serait toujours là pour nous rappeler qu’il ne faut pas oublier, qu’il faut apprendre à ne pas recommencer. On ne l’écoutait déjà que trop peu, qu’allons-nous devenir maintenant que sa mémoire nous quitte ?

J’ai relu cet après-midi le dernier livre que j’avais lu de lui il y a cinq ans, son petit récit Cœur Ouvert (éd. Flammarion), même pas une centaine de pages dans lesquelles il confie ses questionnements sur son lit d’hôpital quand, victime d’une crise cardiaque, il pense qu’il va mourir. Il revisite ses livres, sa vie, sa famille, sa foi, ses combats.

Et nous livre ses angoisses, pour nous rappeler une fois encore ce qui fut sa raison de vivre, sa mission essentielle: « …dans mon combat contre la haine… ai-je investi assez de temps, d’énergie… Une fois les camps libérés, je m’en souviens, nous étions convaincus qu’après Auschwitz, il n’y aurait plus de guerre, plus de racisme, plus de haine, plus d’antisémitisme. Nous nous sommes trompés… le monde n’a rien appris ».

Merci, Monsieur Wiesel, je vais vous lire et vous relire encore, pour apprendre à ne pas oublier.

IMG_1729.JPG

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s