Livres pour les snuls

24/09/2016

Je m’arrête devant la vitrine de la bouquinerie. On ne sait jamais, il y a peut-être un livre-surprise qui pourrait illuminer mon dimanche.

Bof, il n’y a que des bouquins pour « apprendre ». Apprendre à dessiner, apprendre à écrire, apprendre à cuisiner, apprendre à nager et aussi apprendre à se faire des amis, apprendre à cultiver bio, j’en passe et des meilleurs.

Je n’ai pas envie de m’essayer au croquis, de me lancer dans l’écriture d’un roman (un billet, c’est déjà assez difficile), de mijoter un pot-au-feu, de tenter la nage papillon, de m’obliger à sourire ni de planter des choux. Je n’aime pas cette littérature pour « nullissimes » qui prétend nous « éduquer » en quelques pages à telle ou telle discipline, en oubliant que le véritable apprentissage consiste à avoir la patience d’apprendre les choses en profondeur et de prendre le temps de remettre cent fois sur le métier son ouvrage.

Je ne vais donc rien apprendre du tout ce dimanche mais simplement prendre le temps de lire un vrai livre de vrai écrivain qui, comme l’écrit René Frégni dans Je me souviens de tous vos reves (éd. Gallimard), « fait apparaître sur la page blanche des paysages oubliés, des villes entrevues, des cités intérieures que nous n’avions jamais visitées ».

Bref, un livre pour apprendre à rêver.

FullSizeRender.jpg

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s