Histoires d’arbres

(Didier Van Cauwelaert – François Milliex) 25/06/2016

J’ai rendez-vous ce midi avec mon ami François qui expose dans une galerie de la Toison d’Or près de la Fnac à Bruxelles. Je suis là trop tôt, je m’assieds à une terrasse pour un café et la lecture de mon journal. En page 26, rubrique Les livres, Didier Van Cauwelaert présente son dernier roman On dirait nous (éd. Albin Michel).

« J’aimerais me réincarner en arbre », le titre de l’article m’interpelle particulièrement au lendemain de la tempête qui en a couché des centaines dont un splendide tilleul centenaire autour de chez moi et désolé ma nuit et celle de nombreux voisins. Ce titre me remonte le moral, j’entends comme une musique d’espoir dans ces mots. Je lis le sous-titre et effectivement « le roman est une histoire d’amour et de vie après la vie » car Didier Van Cauwelaert y évoque la réincarnation. J’y crois, je n’y crois pas, je ne sais pas, mais le sujet me botte et ni une ni deux, je vais jusqu’à la Fnac et achète le bouquin dont je commence la lecture quelques minutes plus tard, de retour sur la terrasse. François m’envoie justement un sms me prévenant d’un léger retard, j’aurai le temps de lire les 20 premières pages : c’est léger, enlevé, un peu trop cu(cul) à mon goût pour l’instant, on verra pour la suite. En tout cas, ces pages balaient de ma tête le reste de stress d’hier.

Mon copain arrive enfin, je suis heureux de le voir, ça faisait longtemps. On déjeune, on discute, on rit, on est sérieux aussi : François prépare avec des amis des questions importantes pour nos parlementaires concernant les discriminations subies à l’époque par les métis issus des années belgo-congolaises. Il prépare à cet effet une campagne de sensibilisation destinée au grand public et me demande s’il pourra compter sur mon aide en cas de besoin. « Bien sûr que non » lui ai-je répondu, « les métis, je m’en fous » sauf si tu m’offres un verre de vin. Blanc, bien sûr. Il m’a aussitôt répondu que j’étais toujours aussi con et on a rigolé.

Après notre petite bouffe, je l’ai accompagné à la galerie, l’ai photographié devant ses beaux tableaux aux couleurs lumineuses et il m’a fait un cadeau, il m’a ouvert son carnet de croquis et montré un très joli dessin au marqueur fin qu’il m’a autorisé à photographier et que j’ai le plaisir de partager avec vous ci-dessous.

Les jours se suivent et ne se ressemblent pas : hier des troncs brisés, aujourd’hui quelques feuilles légères à lire et un super bon moment avec une vieille branche.

IMG_1665.JPGLe Soir 25 et 26 juin 2016, interview de Didier Van Cauwelaert par Jean-Claude Vantroyen

IMG_1646 (1).jpg   Un des deux vieux tilleuls de la chapelle d’Obaix frappé par la tempête du 23 juin

FullSizeRender[1] (1).jpg François Milliex à la GALERIE D’ART CURIOSA, Bruxelles

FullSizeRender.jpg Extrait du carnet de croquis de l’artiste

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s