Dans l’escalier

(Franck Courtès – David Foenkinos – Grégoire Delacourt) 28/01/2016

Je ne sais pas qui a dit « le meilleur moment de l’amour, c’est quand on monte l’escalier » mais chaque fois que j’achète un livre, je pense à cette phrase. Je vis à fond le plaisir du désir, l’espoir d’une grande histoire, forte en mots et phrases inoubliables. Et je tremble presque quand je caresse la couverture, découvre les premières pages et en respire le parfum.

Je flânais cette après-midi dans les rayons d’une grande librairie, sans but et sans raison, je n’avais pas décidé d’acheter quoi que ce soit, ma pile à lire étant encore bien fournie. Mais quand mon regard est tombé sur le dernier roman de Frank Courtés Sur une majeure partie de la France (éd. JCLattès), j’ai craqué, j’ai payé.

Je suis maintenant dans l’escalier. Et je pressens que je ne serai pas déçu. J’ai, en effet, vraiment beaucoup aimé les deux premiers livres de cet auteur Autorisation de pratiquer la course à pied et autres échappées et Toute ressemblance avec le père et les commentaires sur ce troisième livre sont très élogieux. Entr’autres, ceux de deux immenses écrivains de talent, David Foenkinos Mots en marge et de Grégoire Delacourt Et maintenant la météo.

Voilà, j’arrive sur le palier, je n’ai plus qu’à entrouvrir le bouquin et pénètrer sur la pointe des pieds dans la vie de Quentin, d’Anne et de Gary, une histoire de campagne et d’amour. Et de drames et d’orages.

Le genre d’histoire, si j’ai bien enregistré les critiques et la présentation en quatrième de couverture, qui me fera redescendre l’escalier complètement bouleversé.

IMG_0102.JPG

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s